Votre conférence sur demande

Le mot conférence provient du latin du VI siècle conferens et le participe présent de confero qui signifient réunir, rassembler, conférer, rapporter des propos, discuter, échanger.
Décomposer ce nom et l’on obtiendra les mots latins Con qui signifie « avec, tous ensemble, tout » et ferō qui veut dire porter.

Soit respectivement porter tous ensemble !

Une conférence comme tout le monde le sait est une forme de conversation entre personnes qui amènent à une confrontation d'idées (scientifiques, philosophiques, politique…) sur un sujet jugé d'importance par les participants. Elle rassemble un ou plusieurs intervenants (spécialistes) et leurs contradicteurs. Elle est utilisée dans différentes occasions, pour permettre à un intervenant de délivrer à un large auditoire des informations sur un sujet dont il est un spécialiste.

Nous nous tenons aussi à la disposition des sociétés historiques, des sociétés initiatiques, et tous autres organismes étatiques ou privés qui voudraient avoir des conférences sur différents thèmes, afin de parfaire leurs connaissances sur les sujets de leurs choix.

Il va de soi que cette prestation à un coût, celle-ci sera évaluée suite à votre demande.


Alors, n’hésitez pas à reservez la conférence de votre choix en cliquant sur l'icône reservez dès maintenant sous la conférence qui vous interesse !

LES FONDEMENTS DE NOTRE DEMOCRATIE

La Suisse est un exemple de démocratie dans le Monde, même si le Président Macron en doute !

 Face à l'Union Européen, il est important de nous rappeler comme est née chez nos aïeux l’idée d'obtenir leur liberté et l'autonomie de la gestion de leurs territoires.

 Notre Constitution Fédérale nous dit ceci actuellement 

Au nom de Dieu Tout-Puissant!

« Le peuple et les cantons suisses,

conscients de leur responsabilité envers la Création,

résolus à renouveler leur alliance pour renforcer la liberté, la démocratie, l'indépendance et la paix dans un esprit de solidarité et d'ouverture au monde,

déterminés à vivre ensemble leurs diversités dans le respect de l'autre et l'équité,

conscients des acquis communs et de leur devoir d'assumer leurs responsabilités envers les générations futures,

sachant que seul est libre qui use de sa liberté et que la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres,

arrêtent la Constitution que voici »


Beaucoup aiment à penser que les Pères fondateurs de notre Nation, ont obtenu notre démocratie à la force de dur négociation diplomatique, mais il en est tout autre. Tout notre système politique d'antan aurait été basé sur les retombé financières et politique lier au commerce de mercenaires et à la conspiration d'un peuple contre son Empereur du moment.
 
Qui se soldera d'ailleurs par l'assassinat d'Albert 1er de Habsbourg 

C'est en bravant les interdits du politiquement correct actuel que nous pourrons ouvrir nos esprits à la compréhension de notre liberté de pensée qui nous amenera peut être à refléchir sur les enjeux politiques de demains lier à la connaissances de notre politique démocratique d'hier.


AU TEMPS DE GUILLAUME TELL


L’histoire que je vais vous raconter prend naissance en 1291 dans la mémoire collective de nos ancêtres, et dans les balbutiements de notre démocratie.
En effet, c’est au début d’août de cette même année, que notre nation devait voir surgir des méandres de son histoire les conspirati !

Cette alliance formée des hommes de la vallée d’Uri, de Schwytz, et de Nidwald (Unterwald) avait décidé secrètement de renouveler leurs vœux d’union et de défense mutuelles par un Pacte écrit. Les conspirati pensaient à juste raison, qu’une dictature était en train de prendre place au sein de leurs trois vallées suite à la mort de l’Empereur Rodolphe.

Le mot latin Conspirati se traduit en français par conjuré ; qui signifie prêter serment, se lier par un serment, ou encore conspirer et comploter. Son synonyme allemand est le mot Eidgenossen qui se compose du mot allemand Eid qui signifie Serment, et du mot Genossen qui veut dire Compagnons.

Ainsi le mot de Eidgenossen (serment des compagnons) devait devenir quelques siècles plus tard le mot confédéré afin de désigner une union d’états indépendants.

Ses compagnons du serment allaient veiller secrètement à la défense de nos trois vallées, et former progressivement une ligue de résistant face à la tyrannie du nouvel Empereur Albert 1er. Les conspirati devinrent donc au fil du temps les pères fondateurs de notre nation, grâce à leurs actes héroïques et leurs combats de grande valeur. C’est le 3 juin 1309 à Constance que l’Empereur Henri VII devait officiellement reconnaître, cette ligue secrète comme la première ligue confédérée.

Alors, mythe, légende ou réalité, c’est à vous de juger !