Prochainement Cours & Conférences

Les Mystères du Monde / Prochainement

Les mystères nous attirent, tous ce que nous connaissons, nous le devons à notre curiosité naturelle, pourtant de nombreuses questions restent toujours sans réponses.

Des êtres intelligents partagent-ils notre univers ?

Les sociétés secrètes gouvernent-elles notre Monde?

Le trésor de Templiers existe t'il?

Le Saint Graal pourrait-il être une codification Christique?

Nos âmes survivent-elles après notre mort ?


Voilà de nombreuses questions que nous nous posons, que nous soyons croyants, sceptiques ou non croyants, nous avons tous une opinion.


Partez à la découverte de plus grands mystères de notre monde, qu'ils soient sublimes ou terrifiants, à travers un dimanche par mois de conférences et débats.

Au temps de Guillaume Tell


L’histoire que je vais vous raconter prend naissance en 1291 dans la mémoire collective de nos ancêtres, et dans les balbutiements de notre démocratie.
En effet, c’est au début d’août de cette même année, que notre nation devait voir surgir des méandres de son histoire les conspirati !
 
Cette alliance formée des hommes de la vallée d’Uri, de Schwytz, et de Nidwald (Unterwald) avait décidé secrètement de renouveler leurs vœux d’union et de défense mutuelles par un Pacte écrit. Les conspirati pensaient à juste raison, qu’une dictature était en train de prendre place au sein de leurs trois vallées suite à la mort de l’Empereur Rodolphe.

Le mot latin Conspirati se traduit en français par conjuré ; qui signifie prêter serment, se lier par un serment, ou encore conspirer et comploter. Son synonyme allemand est le mot Eidgenossen qui se compose du mot allemand Eid qui signifie Serment, et du mot Genossen qui veut dire Compagnons.

Ainsi le mot de Eidgenossen (serment des compagnons) devait devenir quelques siècles plus tard le mot confédéré afin de désigner une union d’états indépendants.

Ses compagnons du serment allaient veiller secrètement à la défense de nos trois vallées, et former progressivement une ligue de résistant face à la tyrannie du nouvel Empereur Albert 1er. 
Les conspirati devinrent donc au fil du temps les pères fondateurs de notre nation, grâce à leurs actes héroïques et leurs combats de grande valeur. C’est le 3 juin 1309 à Constance que l’Empereur Henri VII devait officiellement reconnaître, cette ligue secrète comme la première ligue confédérée.

Alors, mythe, légende ou réalité, c’est à vous de juger !
 
Jean-Charles Martin

Cette Conférence peut être donnée sur demande, pour plus d'information nous contacter.Information


Nous sommes des Celtes!

- Celte se dit Kelte  (grec ancien, allemand, breton), Kelte se trouve être étrangement l’anagramme de Ketel (néerlandais) qui veux dire chaudron ou marmite.

- Il faut savoir que chez les Celtes le chaudron était l’accessoire et la symbolique par excellence de la création de la vie et de l’immortalité. 

- Symbolique que l’on pourra retrouver dans les légendes médiévales sous l’appellation de Graal ou respectivement de coupe du Christ pour les Chrétiens.


- Il est aussi intéressant de savoir que le symbole de la  trinité religieuse chez les Celtes était le Triskel qui se trouve être l’anagramme de Le Krist.


Cette Conférence peut être donnée sur demandes, pour plus d'information nous contacter. Information



La fête de Samonios, plus connue sous le nom d'Halloween

Samonios où Samain marque le début et la fin de l' année celtique, et annonce le début du Temps Noir.


En effet Samain n’appartient ni à l’année qui se termine ni à celle qui commence : c’est un jour en dehors du temps qui permet aux vivants de rencontrer les défunts.


Et elle permet aussi aux défunts, non réincarnés, de passer dans le monde des vivants pour y retrouver les lieux et les personnes qui leur étaient chers.


On situe ce jour au premier Novembre de notre calendrier. Mais comme toutes les principales fêtes celtiques, Samain compte trois jours de solennités : le premier est consacré à la mémoire des héros, le deuxième à celle de tous les défunts, et le troisième est livré aux réjouissances populaire et familiales marquées par des réunions, des banquets, des festins de toutes sortes qui pouvaient se prolonger pendant une semaine.


La veille de la nuit de Samain, avait lieu la cérémonie de la renaissance du feu. Les propriétaires des maisons éteignaient les feux de l’âtre avant de se rassembler à la nuit tombante sur la place où les druides procédaient à l’allumage d’un nouveau feu sacré en frottant quelques bois secs du chêne sacré.
Ils allaient ensuite allumer de grands feux de joie sur les collines environnantes pour éloigner les esprits malfaisants. Puis chaque maître de maison repartait avec quelques braises tirées du nouveau feu sacré pour rallumer un nouveau feu dans l’âtre de sa maison qui devait durer jusqu’à la prochaine fête de Samain et protéger ainsi le foyer tout au long de l’année.


Dans la nuit du 31 octobre – les fêtes celtes commencent à la tombée de la nuit -, on croyait que le monde des morts, des fées et des sorcières entrait en contact avec celui des vivants. On croyait ainsi que les âmes des défunts revenaient errer autour des maisons des vivants c' est pourquoi on laissait la porte entre ouverte et une place à table et on plaçait des lanternes sur les chemins pour les guider.
La tradition de Samain n’a pas complètement disparu ni avec la romanisation de la Gaule, ni avec le développement du catholicisme.


Cette Conférence peut être donnée sur demande, pour plus d'information nous contacter.Information